Décembre 2012

Mail mensuel n°47 – Décembre 2012

Les interdits et les limites

Les interdits sont culturels, les limites sont divines. Il y a pourtant deux interdits divins : la violence et l’inceste. La violence parce qu’elle empêche toute relation évolutive et constructive, l’inceste parce qu’il détruit la progression naturelle de l’âme, du cœur et de l’esprit.

L’inceste, c’est supprimer la différence d’évolution entre 2 personnes au plan physique, au plan affectif et au plan spirituel. C’est confondre un attachement nécessaire, pour pouvoir grandir en sécurité, avec du désir.

Inceste maternel ou paternel : C’est de la fusion, de la projection de ses propres désirs, de la sexualité au lieu de la tendresse, etc.

Les parents remplacent parfois leur désir d’inceste par de l’indifférence, par de la violence, par des théories mentales ou par une projection des désirs sur une personne semblable de leur entourage. Exemple : épouser la copine de sa fille ou  séduire le copain de son fils. Ou même simplement tomber amoureux d’une personne beaucoup plus jeune ou beaucoup plus vieille (car l’inceste marche dans les deux sens).

Les limites sont simples et évolutives, elles donnent la liberté maximum, dans un cadre précis, avec la conscience du niveau d’évolution physique, affectif et mental de ceux qui ont besoin de notre autorité, et bien sûr de notre amour, dont notre amour physique. Les limites sans amour n’ont pas de sens et ont besoin d’être transgressées.

Témoignages :

Un texte de Charlie Chaplin que m’a envoyé Viviane :

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai compris qu’en toutes circonstances J’étais à la bonne place, au bon moment Et alors, j’ai pu me relaxer Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle ESTIME DE SOI

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai pu percevoir que mon anxiété Et ma souffrance émotionnelle N’étaient rien d’autre qu’un signal Lorsque je vais à l’encontre de mes convictions Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle AUTHENTICITE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai cessé de vouloir une vie différente Et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive Contribue à ma croissance personnelle Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle MATURITE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai commencé à percevoir l’abus Dans le fait de forcer une situation ou une personne Dans le seul but d’obtenir ce que je veux Sachant très bien que ni la personne, ni moi-même ne sommes prêts Et que ce n’est pas le moment Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle LE RESPECT

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai commencé à me libérer De tout ce qui n’était pas salutaire Personnes, situations Tout ce qui baissait mon énergie Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle AMOUR PROPRE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai cessé d’avoir peur du temps libre Et j’ai arrêté de faire de grands plans J’ai abandonné les mégaprojets du futur Aujourd’hui, je fais ce qui est correct Ce que j’aime Quand ça me plaît et à mon rythme Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle SIMPLICITE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai cessé de chercher à toujours avoir raison Et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé Aujourd’hui, j’ai découvert L’HUMILITE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois et ça s’appelle PLENITUDE

Le jour où je me suis aimé pour de vrai J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir Mais si je la mets au service de mon cœur Elle devient un allié très précieux Tout ceci est …SAVOIR VIVRE

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter Du chaos naissent les étoiles.

En général, je ne publie pas les textes venant d’autres personnes que ceux qui me l’envoient mais ce texte de Charlie Chaplin explique tellement bien l’objectif de tout ce que j’enseigne et, en plus, il ne vient pas d’un maître spirituel. Cela montre bien que la justesse spirituelle se trouve partout et bien souvent là où on ne s’y attend pas. C’est même souvent bien plus juste que dans les religions. Mais pour arriver à cet objectif, une pratique régulière, profonde et sincère, en particulier sur ses émotions et sa respiration est indispensable.