Avril 2013

Mail mensuel n°51 – Avril 2013

Le bénéfice secondaire

A chaque comportement correspond son bénéfice secondaire. Autrement dit, toute action produit une réaction. Exemple, si vous êtes « gentil », cela provoque une avalanche de conséquences. Suivant la personne qui est en relation avec vous, elle va vous donner de l’amour et de la gentillesse en retour ou au contraire profiter de vous, vous exploiter, vous prendre votre énergie. Vous voyez qu’il faut se libérer d’une personnalité de gentil pour apprendre à être différent avec chaque personne. D’où l’importance d’apprendre la psychologie humaine à un niveau avancée, d’apprendre à quitter toutes relations de type fusionnelles pour vivre des véritables relations qui sont à la fois dangereuses et enrichissantes. Toute relation humaine est dangereuse, ne pas s’en rendre compte est le plus grand des dangers. Ce n’est pas de la paranoïa qui met tout le monde dans le même moule, c’est l’ouverture à la réalité de la vie qui permet de vraies relations humaines et aimantes, sans prendre en charge tous ceux qui cherchent des relations infantiles de pouvoir ou de soumission.

Chacun de vos comportements vous apporte un bénéfice secondaire. C’est à chacun de nous d’apprendre à repérer les bénéfices secondaires de nos actions, de nos paroles, de nos sentiments et de nos pensées. Ils sont toujours différents suivant la personne avec qui nous sommes en relation.

___________________________________________________

Témoignages :

Bonsoir André
Merci pour « le bonheur est dans le chemin ». Çà ramène au présent et c’est rassurant!
Pourtant le présent, pour moi, ce n’est pas de la tarte! J’ai l’impression qu’il y a peu de moments où je suis présent dans une journée. Au fait, c’est quoi le présent?
Je te souhaite une bonne nuit, Hervé

Bonjour Hervé,
Le présent, c’est de ne faire qu’une chose à la fois, d’être complètement dedans, de la vivre à fond, en laissant venir tout ce qui vient dans notre corps et dans nos pensées, en savourant ce qui est agréable et aussi ce qui est désagréable. C’est s’abandonner à Dieu, c’est à dire à ce qui arrive dans notre vie à chaque instant, sans trier, sans fuir, sans juger, en comprenant intuitivement que rien n’est un hasard et que tout ce qui nous arrive est nécessaire pour notre chemin. C’est vérifier que nous avons goûté à tout ce qui compose l’instant présent, c’est aussi se mettre à la place de chaque être vivant qui participe à cet instant présent. C’est essayer de modifier notre comportement, nos réactions, nos paroles, nos silences, nos actes afin qu’ils deviennent la meilleure réponse possible à la situation présente. C’est sentir que nous évoluons, nous grandissons par rapport à des situations similaires de notre passé. C’est aussi accepter notre faiblesse, notre peur, notre courage ou notre agressivité tout en mettant l’espoir sur une évolution positive future.

Tendresse,
André.

Bonsoir André
Ça  fait beaucoup pour un instant présent!!!
A la première réaction, en te lisant, je me dis que je n’ai pas souvent été dans l’instant présent; mais alors, qu’est ce que j’ai foutu pendant tout ce temps?!
Est ce j’ai rêvé ma vie jusqu’à présent?
Je sens un mélange de tristesse et de colère monter en moi!!
Bon, je vais demander à mon intelligence de se débrouiller avec ça et lui faire confiance!
Je t’embrasse André et Merci
Hervé

Bonjour Hervé,

C’est dans ces moments là qu’il faut se rappeler la formule « Le chemin et pas le but ». C’est à dire garder en conscience le but, la destination de notre chemin pour éviter le plus possible les égarements, mais ne pas s’attacher au but et vouloir se transformer avec la volonté en se forgeant une nouvelle personnalité idéale. C’est prendre conscience de nos vraies limites et, sans se violenter, ressentir une progression naturelle dans nos relations avec les autres, avec nous-mêmes et avec notre corps.

Bon courage,
André.

Bonsoir André
Tu vas peut-être me trouver chiant à force?!
Le « chemin », j’ai l’impression que c’est à peu près clair pour moi, mais pour le but, je sens un flou dans mon cerveau; je n’en n’ai pas de représentation claire, si ce n’est La Libération, ce n’est qu’intellectuel.
Merci André, Hervé

Bonjour Hervé,
« Le chemin, pas le but » est une vérité fondamentale qui s’applique à n’importe quel objectif. L’être humain a tendance à visualiser un objectif à atteindre et à se projeter dans cet objectif comme si il était déjà atteint. Cette formule a pour objectif de nous faire sortir de nos projections sur l’avenir en nous ramenant à la situation présente conscient de notre réelle évolution.

La libération est la fin de toutes nos croyances subtiles et inconscientes qui entravent notre véritable chemin de vie. C’est découvrir les vraies limites de notre corps et découvrir les limites mentales que nous avons mis en place dans notre enfance. C’est oser nos vraies limites dans notre vie de tous les jours, sans culpabilité et sans honte, en acceptant de payer le prix des frustrations que cela nous amènent. André.