Octobre 2013

Mail mensuel n°57 – Octobre 2013

C’est quoi accepter et aimer la souffrance ?

Ces énergies de souffrance émotionnelles et physiques sont comprimées et enkystées à l’intérieur de notre corps. Un travail de conscience sur nos émotions d’aujourd’hui peut nous amener à libérer ces blessures qui abîment notre corps et le détruisent au fur et à mesure que nous avançons en âge.

Si nous acceptons de laisser revenir à notre conscience et dans notre corps ces souffrances, l’énergie qui y est emprisonnée va d’abord prendre de l’importance et nous faire souffrir à nouveau de façon très violente mais, ensuite, cette énergie prendra tellement d’expansion qu’elle se dissoudra et disparaîtra de notre corps.

C’est par la liberté de notre respiration que nous sentons si nous résistons à la libération de ces énergies négatives. C’est seulement notre respiration qui nous prouve que nous acceptons et que nous aimons notre souffrance.

énergie de peur, de colère, de désir refoulée —> acceptation : l’énergie prend toute son importance —> puis : dissolution par expansion à l’infini

____________________________________________________________

Témoignages :

Bonjour André

J’ai besoin de te témoigner de ce j’ai vécu ce matin pendant mon assise en silence.

A un moment donné au milieu de mes tensions, j’ai essayé de rentrer en contact avec ce petit enfant que j’ai pu être, pour voir ce que je pouvais faire pour lui. Je l’ai posé sur mes genoux; tout ce que j’ai pu faire pour lui, c’est de l’envelopper dans une couverture. Je n’ai pas réussi à le toucher pour le réchauffer. Je l’ai mis sur mon cœur et là aussi, je n’ai pas su poser mes mains sur lui pour le réconforter.

Tu me parlais dans ton dernier mail de tendresse et, à la lumière de ce vécu, il me semble mieux comprendre ma difficulté à me donner cette tendresse. Peut-être une prise de conscience vers une acceptation de ce que je suis?! Comment m’accompagner là dedans?…..

Dans l’espérance de l’abandon, je t’embrasse, Hervé

Bonsoir Hervé,

Encore une fois, tu es sur le bon chemin. Toutes tes prises de conscience sont justes. Par contre tu pourrais peut-être apprendre à voir la « bouteille à moitié pleine » plutôt que « la bouteille à moitié vide ». Cet enfant enveloppé dans une couverture, sauvé d’une grave catastrophe, comme d’un tremblement de terre, par le secouriste que tu es, c’est d’une grande beauté touchante. Tu avances, tu avances… Regarde derrière, tu verras le chemin parcouru !

Tendresse, André.

____________________________________________________________

Bonsoir Sylvie,
Tu penses bien que la différenciation est une étape colossale. Pour toi, c’est une épreuve, un passage plus difficile que tout ce que tu as connu auparavant. Il m’a fallu de nombreuses années pour voir Arnaud comme un homme ordinaire, surtout que là-bas le décorum ne facilite pas la différenciation. Tu peux avoir vécu des passages de différenciation qui ressemblait à cela, mais c’est maintenant d’un tout autre niveau. Revois tout ce que nous avons vécu ensemble et ose la critique. Cela n’a pas d’importance qu’elle soit juste ou pas.

Dans ce passage, comme dans tous les passages, il est tout à fait normal d’être dans le flou, l’incertitude, l’incompréhension et le désagréable.

Bon courage, mon amour pour toi ne dépend pas de ce que tu vis, pense ou dis.
Tendresse et au revoir, André.