Mars 2014

Mail mensuel n°62 – Mars 2014

Ceux qui trompent leur thérapeute

comme je l’ai fait moi-même

Combien d’années et d’argent sont perdus par tous ceux qui s’engagent dans une relation thérapeutique tout en contrôlant inconsciemment ce qu’ils veulent bien livrer au thérapeute, et aussi combien sont ceux qui se livrent totalement à un psy sans se rendre compte des limites de celui-ci. Les deux solutions sont des impasses qui nous mènent tout droit vers des conséquences négatives sur notre chemin de vie personnel.

Le seul vrai thérapeute est au fond de nous-mêmes. Les voies spirituelles ont bien comprises cette vérité. Pourtant il est impossible de voir clair en soi sans se confronter intimement à une personne bien avancée dans son propre chemin personnel. Voilà un des nombreux paradoxes qui se dressent devant nous dans une vraie démarche de connaissance de Soi.

Quand on observe les solutions thérapeutiques offertes par les psychiatres pour les psychotiques, on peut vite comprendre qu’ils nous mènent tout droit dans une non vie, dans une destruction du destin de notre âme. Les psychotiques recherchent ouvertement une solution pour ne pas souffrir. Et la médecine occidentale, dont font partie les psys en général, nous fait croire que cela est possible. La vraie «guérison » psychologique ne peut passer que par la souffrance acceptée et aimée, dans notre corps, de notre histoire, de nos refus et de nos épreuves.

En réalité, il n’y a rien à guérir, seulement accepter et aimer.