Octobre 2014

La pudeur

C’est l’invention de l’être humain pour se protéger de la folie des autres et de sa propre folie. Il me semble important de faire évoluer sa propre pudeur, que cela soit la pudeur de ses paroles, la pudeur de ses émotions, la pudeur de son corps et même la pudeur de ses pensées. C’est en commençant à libérer le contrôle de ses pensées que l’on peut accéder à sa propre folie, c’est-à-dire à la panoplie de nos désirs subtils refoulés.

En analysant soigneusement ces désirs, on peut découvrir nos manques ou nos traumatismes de la petite enfance. Certains désirs ont besoin d’être accomplis, dans la mesure où ils ne détruisent pas les autres ou soi-même. Parfois ils peuvent être accomplis de façon détournée, comme par exemple se faire masser pour faire la paix en nous d’un manque de toucher maternel ou épouser un militaire pour réparer un manque d’autorité et de limites paternel. L’important c’est de faire cette évolution en conscience, ce qui permet de retrouver la souffrance qui va avec et nous permet, en l’acceptant, de ne plus être l’esclave de notre histoire.

Il n’est pas facile de faire évoluer sa pudeur et nous avons le droit de n’y arriver qu’un tout petit peu à la fois. L’important, c’est d’arrêter de se mentir et de mettre dans sa psyché des croyances ou une morale artificielle, même si celle-ci est largement répandue.